Rechercher

L’humour en traduction : mode d’emploi

Réfléchissons : quels sont les éléments qui rendent un texte drôle? Le moment choisi? L’ingéniosité des jeux de mots? Le contexte et la manière de raconter les faits? Des références parlantes? Si ce sont les réponses que vous aviez en tête, vous avez vu juste. Les caractéristiques humoristiques d’un texte s’appuient sur le contexte, les références culturelles, et bien plus encore. Mais alors, comment l’humour peut-il être transposé en traduction, et quels sont les aspects à prendre en compte pour les linguistes?En traduction, l’humour, c’est du sérieux! (En voici un bel exemple!)

Adapter, adapter, adapter

Pour traduire l’humour, le contexte joue un rôle important. Une plaisanterie sur le « tuxedo canadien », par exemple, pourrait ne pas être comprise par tous les publics. Il en va de même pour les plaisanteries sur des personnalités publiques qui pourraient ne pas être connues sur un autre continent. Au mieux, cette plaisanterie « tomberait à plat ». Au pire, elle pourrait froisser ou offenser votre lectorat. Dans cette perspective, comment procéder lorsqu’on est linguiste? Les linguistes d’expérience tiendront compte des différences culturelles et suggéreront un équivalent adapté à votre public.

Traduire les jeux de mots : une partie de plaisir?

La transcription des jeux de mots en traduction n’a rien d’évident! Un jeu de mots fonctionne lorsque le public auquel il s’adresse comprend les nuances de langage sur lesquelles il se fonde. Sans une traduction ingénieuse, le jeu de mots perd de son intérêt, voire sa qualité humoristique. Prenons l’exemple suivant : Si, en anglais, l’expression « We’re springing into action » possède un double sens, sa traduction française, « Nous passons à l’action ce printemps », a perdu toute nuance humoristique.

Prenons l’exemple de cette blague classique :

Que fait un jardinier quand il ment?

Il raconte des salades.

Ou encore :

Quel est le comble pour un juge?

C’est de manger un avocat.

Ces plaisanteries se fondent sur des jeux de mots; sans eux, elles perdraient tout leur sens. Comme pour transcrire les éléments liés au contexte culturel, les linguistes d’expérience prendront le temps de trouver un équivalent pertinent et ne proposeront en aucun cas une traduction littérale.

Le choix du moment est crucial

Un autre aspect important de l’humour est le moment que l’on choisit : le débit et le rythme jouent un rôle capital dans la perception des plaisanteries. Cet aspect est d’autant plus important dans les jeux vidéo, les émissions de télévision et les films sous-titrés, où il serait dommage de présenter une blague trop tôt ou trop tard. Pour respecter le rythme de la langue source, votre linguiste pourrait reformuler des phrases entières, et votre public l’en remerciera!

De la créativité : un peu, beaucoup, à la folie!

Comme le souligne cet article, pour traduire l’humour, il peut être nécessaire d’adopter une approche axée sur la « transcréation ». Comme pour des travaux de nature marketing ou littéraire, votre linguiste devra faire preuve d’ingéniosité pour donner vie à vos contenus et s’assurer de les adapter autant que possible au public visé. Cet exercice demande de la créativité. Beaucoup de créativité.

Principaux points à retenir

  • Pour traduire l’humour, le contexte joue un rôle important. Lorsque la situation l’exige, adaptez vos plaisanteries pour qu’elles soient bien accueillies par votre nouveau public.
  • Recherchez des équivalents au lieu d’opter pour une traduction littéraire afin de conserver vos touches humoristiques.
  • La créativité est essentielle. En faisant preuve d’ingéniosité, votre linguiste pourra s’assurer que vos contenus demeurent drôles et intéressants une fois traduits.

Références

https://knowledge-centre-interpretation.education.ec.europa.eu/fr/node/23633

https://courier.unesco.org/fr/articles/lhumour-casse-tete-des-traducteurs

Do You Want To Boost Your Business?

drop us a line and keep in touch